Ep. 73 : Du coaching pour les profs ?

Ep. 73 : Du coaching pour les profs ?

Vous vous demandez peut-être ce qu’est le coaching professionnel ? Et en quoi un coaching peut être utile aux enseignants ?

Aujourd’hui, on entend parler de coaching dans beaucoup de domaines, et l’image qu’on en a ne correspond pas forcément à ce que c’est vraiment.

Dans cet épisode du podcast Mes trucs de Prof, je vous explique ce qu’est le coaching professionnel et en quoi, cet accompagnement professionnel peut vous être utile dans votre vie de professeur.e.

Je vous explique la philosophie du coaching. Je vous explique aussi en quoi cela n’a rien à voir avec le coaching sportif, ni avec la thérapie ou encore la formation.

Pour compléter cet épisode vous pouvez aussi lire les articles suivants :

« Je suis enseignant.e, pourquoi me faire coacher ? »

« Comment se passe un coaching ? »

RDV sur mestrucsdeprof.fr/coaching

Ep. 67 : Adopter un état d’esprit de développement

Ep. 67 : Adopter un état d’esprit de développement

Qu’est-ce qu’un état d’esprit de développement (growth mindset en anglais) ? En quoi cela peut être utile aux élèves et aux enseignant.e.s ?

L’état d’esprit de développement, prend essence dans la croyance que nous pouvons développer nos compétences, nos capacités, nos talents par l’effort, le travail, l’expérience et la persévérance.

Il s’oppose à l’état d’esprit fixe (fixed mindset) qui part de la croyance que nos talents et capacités sont des traits de caractère innés et naturel.

En prenant conscience de l’existence et des caractéristiques de chacun de ces états d’esprit, on va pouvoir développer un état d’esprit de développement et accompagner les élèves vers cet état d’esprit propice aux apprentissages.

Dans cet épisode du #podcast, je m’appuie sur les travaux de Carol Dweck, professeure de psychologie sociale à l’université de Stanford, et notamment sur son livre « Changer d’état d’esprit : une psychologie de la réussite ».

Vous pouvez aussi regarder sa conférence TED : « Le pouvoir de croire que vous pouvez vous améliorer »

Ép. 60 : les valeurs professionnelles

Ép. 60 : les valeurs professionnelles

Les valeurs constituent le filtre à travers lequel nous voyons le monde. Il y a la réalité et il y a ma perception de la réalité. Et entre les deux, il y a mes valeurs. L’objectif, c’est de découvrir ce que sont les valeurs professionnelles et comment les identifier nous aidera à mieux nous sentir dans notre vie professionnelle. Je suis persuadée qu’une des clés du bien-être professionnel et personnel est la connaissance de soi et l’intercompréhension. Et ce que je vous partage va dans ce sens.

Je vous ai déjà parlé des croyances dans l’épisode. Les croyances et les valeurs forme un système et ce système c’est notre cadre de référence. C’est à partir de ce cadre que nous interprétons, apprécions, jugeons les faits.

Prendre conscience de nos valeurs, va nous permettre de mettre les choses en cohérence dans notre vie mais aussi, encore et toujours, permettre de mieux comprendre les autres et accepter qu’ils n’aient pas le même système de valeurs. 

Notre système de valeurs est hiérarchisé et cet ordre nous est propre. Nous n’accordons pas forcément la même importance aux mêmes choses. Et prendre conscience de ce qui est important pour nous, nous permettra de faire des choix en conscience mais aussi de rendre lisible pour les autres ce que nous sommes et ce qui régit nos choix.

C’est quelque chose qui peut se travailler en coaching.

Tu trouveras ici, une liste de valeurs pour t’aider à déterminer tes valeurs professionnelles hautes. Celles qui te sont indispensables et qui te font vibrer. Celles qui mettent du sens sur ce que tu fais et qui guident tes choix.

Accueil

ép. 59 : Pas assez … pour qui ?

Dans les coaching, j’entends souvent dire : « je ne suis pas assez… », ou « je ne fais pas assez… », « je suis trop… » .

Pas assez organisé.e, pas assez rigoureux ou rigoureuse, qu’ils ou elles ne travaillent pas assez, ou ne font pas assez de ceci, ou de cela.

Mais souvent, quand je demande par rapport à qui, ou à quoi, ils jugent que ce n’est pas assez, c’est souvent par rapport à ce qu’ils imaginent qu’ils devraient être. Et non pas par rapport à un besoin ressenti. Quelle est la jauge ? Par rapport à quoi, ou à qui tu te compares ?

Qu’est-ce qui te fait dire que ce que tu fais, n’est pas assez ? Est-ce que ta manière de fonctionner te convient ? Est-ce que tu observes réellement des manques ? De quoi aurais-tu besoin pour être assez ?

Parfois, réaliser que ce que nous sommes, ce que nous faisons nous convient, peut suffire à nous rasséréner. Ce sont nos pensées, nos suppositions, qui nous font parfois porter un regard négatif sur nous-mêmes.

Tu réussiras à changer quelque chose, quand toi-même, tu en éprouveras le besoin. Mais, tu as le droit d’avoir ta propre manière de faire, de fonctionner, de t’organiser. Et si ce n’est pas tout à fait comme les autres, c’est OK !

Ép. 56 : Travailler pendant les vacances

Ép. 56 : Travailler pendant les vacances

Au moment où j’enregistre cet épisode , les vacances d’hiver viennent de commencer dans ma zone. Et c’est donc de vacances et paradoxalement de travail dont je vais vous parler. Ceux qui me suivent sur Instagram, ont d’ailleurs pu déjà voir et entendre une toute petite partie de ma réflexion. J’ y suggérais de commencer par établir la liste de ce que vous devez absolument faire pour faire de ces vacances des vacances, avant de faire la liste de ce que vous avez à faire pour le boulot. En fait, l’idée c’est vous faire réfléchir sur l’importance et le rôle des vacances dans l’équilibre et le bien-être des enseignants et également de vous donner des pistes pour les utiliser au mieux et être prêt pour aborder la nouvelle période. 

La question de l’organisation, de l’équilibre vie pro vie perso, a été au centre des derniers coaching d’enseignants que j’ai effectués et je pense que ce moment de vacances est un moment clé dans notre organisation, dans le cycle de l’année scolaire. 

On place beaucoup d’attente et d’espoir dans cette période de vacances. Les vacances sont à la fois une nécessité salvatrice et à la fois un piège qui peut nous maintenir dans cycle de fatigue et d’épuisement perpétuel. Je m’explique dans l’épisode.

http://mestrucsdeprof.fr

Ép. 54 : Un autre adulte dans ma classe ?!

Ép. 54 : Un autre adulte dans ma classe ?!

Nous avons de multiples occasions de devoir faire classe avec un autre adulte ( ou plusieurs) dans la classe. Et pour beaucoup, ce n’est pas chose facile.

Inspection, visite de formateur, co-enseignement, co-animation, AESH, ATSEM, intervenant…

L’objectif de cet épisode est de vous donner des pistes pour gérer ces situations d’inconfort et des exemples concrets pour relativiser et se sentir moins seul.e !

Cet épisode est disponible sur http://mestrucsdeprof.fr

ép. 52 : Identifier nos croyances limitantes d’enseignants

ép. 52 : Identifier nos croyances limitantes d’enseignants

Dans cet épisode 52, je vous parle des croyances limitantes des enseignants.

L’idée, c’est de prendre conscience que tout ce que nous faisons n’est pas forcément choisi ou remis en cause, et que parmi ces choses que nous faisons parfois par automatisme, par habitude, etc, il y en a qui sont dues à des idées qui nous bloquent et nous empêchent de nous développer. Ce sont des croyances limitantes.

Quand on identifie nos croyances, on peut les questionner, les identifier et déterminer si ce sont des croyances qui nous sont bénéfiques, ou si au contraire ces croyances nous bloquent, si elles constituent des freins pour l’atteinte de nos objectifs personnels, professionnels et donc par ricochet sur la réussite de nos élèves. 

Alors, d’abord, qu’est-ce qu’une croyance ?

En fait, c’est notre processus mental quand on croit que quelque chose est vrai. En philosophie ou en didactique, cela s’apparente à ce qu’on appelle la doxa. Ce sont des opinions, des idées reçues sans discussion, sans remise en cause, elles nous apparaissent comme évidentes mais elles ne sont pas forcément objectives. En classe, ça peut se traduire dans certaines pratiques, qu’on fait parce que ça se fait et qu’on pense que tout le monde le fait. Et on constate qu’il y a des choses qu’on s’impose, ou qu’on culpabilise de ne pas réussir à faire… alors qu’il pourrait en être autrement.